Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog Littéraire : Que Lire ?

Que Lire ? Le blog littéraire d’une rédactrice web de 40 piges qui allie sa passion de l’écriture à celle de la lecture. Des livres et des chroniques littéraires ? Oui, mais pas que ! Vous découvrirez des tests conso, de la culture, de l'art et tout les thèmes lifestyle qui me parlent ; bio, végé, éco et bien-être...

Ouragan de Laurent Gaudé

Ouragan de Laurent Gaudé

Moi, Josephine Linc. Steelson, négresse depuis presque cent ans, j’ai ouvert la fenêtre ce matin, à l’heure où les autres dorment encore, j’ai humé l’air et j’ai dit : « Ça sent la chienne. » Dieu sait que j’en ai vu des petites et des vicieuses, mais celle-là, j’ai dit, elle dépasse toutes les autres, c’est une sacrée garce qui vient et les bayous vont bientôt se mettre à clapoter comme des flaques d’eau à l’approche du train.

5 personnages principaux que nous suivons à tour de rôle le jour où l’Ouragan passe sur la Nouvelle-Orléan.

Josephine Linc. Steelson, centenaire et nègre. Nègre c’est ce qu’elle est, c’est ce qu’elle a toujours été, c’est comme ça que les gens la voient et c’est ce qu’elle revendique. Elle le sent venir cet ouragan qu'elle sait vicieux et elle regarde les gens qui s’attroupent à défaut de fuir car il n’y a nulle part où aller. Josephine, elle remarque qu’il n’y a plus de blanc. Josephine refuse de fuir, ici, c’est chez elle, ici, elle a vu mourir tous les siens.

Rose Peckerbye était belle, était jeune, était amoureuse. Elle est usée, divorcée et a un enfant qu’elle considère comme un étranger. Rose est dépassée lorsqu’il faut faire face aux intempéries. Rose ne sait plus où elle en est, Rose a besoin d’aide.

Keanu Burns était amoureux de Rose pourtant il l'a quittée. L’ouragan que tout le monde fuit, il va s’en approcher car c’est là qu’il aurait dû rester.

Buckeley est détenu à l’Orleans Parish prison, l’Ouragan lui rendra la liberté. Il n’est pas une bête sauvage comme d’autres peuvent l’être, il en est convaincu. Un peu de liberté, c’est ce que l’ouragan va lui apporter mais aussi lui reprendre.

Le révérend, homme de foi qui se perdra, passant de sauveurs d’âmes à sans âme.

5 personnages qui se croisent et dont les destins sont liés. 5 noirs, 5 nègres comme les appelle Joséphine et des dizaines de milliers d’autres oubliés de tous.

Laurent Gaudé a choisi de mettre l’accent sur les personnages plutôt que sur l’Ouragan qui ici n’est qu’une sorte de barrière naturelle servant à ce huit clos à ciel ouvert. Bravo pour le stress qui monte et qui retombe à plusieurs reprises telles de violentes bourrasques. On prend une bouffée d’air puis on replonge.

J’ai apprécié cette lecture pour le talent de l’auteur et pour les personnages qui ont l’air si seuls face à l’ouragan alors que le monde entier a les yeux rivés sur eux, sinistrés de la Louisiane.

"Ouragan" de Laurent Gaudé

Paru aux éditions Actes Sud collection Babel en août 2013

ISBN 978-2330026448

7.00€

Les femmes pleureront, mais elles se relèveront. Je le dis, moi, Joséphine Linc. Steelson, car je l'ai vu mille fois. Les hommes mourront mais il en viendra d'autres que nous élèverons dans le souvenir des premiers.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Je signale une petite erreur dans le résumé :D ! On indique que les cinq personnages principaux sont noirs, alors que le révérend est en réalité, blanc.
Répondre
J
en quoi votre livre est argumentatif et pouvez me definir en 4 mots ce livre
Répondre
V
En 4 mots Julien ? TU DOIS LE LIRE ! Je ne vais pas faire ton devoir à ta place :) (et puis malheureusement, ce n'est pas mon livre)
A
Bonjour,
Pour vous que symbolise les doigts coupée dans le livre de Laurent Gaudé (Sang Négrier).
Merci
JULIEN AUVRAY
Répondre
V
Bonjour julien,

Je n'ai pas lu cette nouvelle, donc je ne peux pas vous répondre.

Désolée !
L
J'aime beaucoup cet auteur mais je n'ai pas encore lu celui-ci :)
Répondre
V
J'ai beaucoup aimé "le Soleil des Scorta" mais celui-ci est plus "accessible". Cette histoire est écrite avec le style "auteur américain" genre Donald Ray Pollock dans "Le diable tout le temps" (mais en moins trash), disons avec l'élégance française.