Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Que Lire sur Hellocoton

Badge Lecteur professionnel

 

Publié par Velidhu

"Chronique des jours de cendre" de Louise Caron

Un très beau roman.

Naïm, jeune artiste perd son père lors d’une attaque menée par l’armée américaine. Profondément touché, il décide de s’engager dans un groupe extrémiste. Croyant mener une bataille qui poussera les USA à retirer ses troupes, il est horrifié de voir que le but de ses compagnons de révolte est de livrer une guerre sainte au monde entier.

Sa peur, ses regrets, ses remords seront amplifiés par la présence de Sohrab qui l’a suivi dans cette triste aventure. Elle cherchera à le ramener dans la lumière, mais s’aura-t-il trouver le chemin ?

Quand la tristesse prend le pas sur la raison, même les plus pacifistes demandent réparation. Dans ce cas précis, la vengeance n’est pas l’apanage des méchants.

Pourtant, le choix de Naïm se révèlera être lourd de conséquences, pour lui, mais aussi pour Sohrab, son amie de toujours, son amour.

Un très beau roman, sur le sujet terrible qu’est l’enrôlement des combattants djihadistes mais également sur la violence que gangrène même les meilleurs d'entre nous.

Sans faire de jugement, Louise Caron met en lumière les conditions de vie à Bagdad en 2007 et leurs répercussions psychologiques sur les habitants qu’ils soient américains ou autochtones.

Pas de haine dans ce roman, mais beaucoup de peine.

Difficile de contrôler ses émotions lorsqu’on vit à plusieurs milliers de kilomètres de chez soi. Difficile aussi de supporter la perte d’un membre de sa patrouille, d’un ami parfois avec qui on discutait encore le matin et qui n’est plus là quelques heures plus tard.

Difficile de supporter l’occupation du pays par des étrangers censés vous protéger quand vous ne voyez que mort et désolation autour de nous. Difficile de résister à l’appel des armes quand nos proches sont des victimes collatérales de combats qui nous dépassent et dont on ne voit pas la fin.

« Chronique des jours de cendre », est un roman à lire absolument, car il a le mérite de traiter le sujet de manière plutôt large, sans prendre parti pour l’un ou l’autre des camps.

Premier roman de Louise Caron que je lis et j’avoue que j’ai beaucoup apprécié son style que j’ai trouvé très recherché pour les parties narratives, plus direct et réaliste pour les dialogues.

Merci aux éditions « Aux forges de Vulcain de m’avoir envoyé les épreuves du roman. Ce fut un beau moment de lecture.

Dans les brumes opiacées, une phrase de son copain Lucky revint à l'esprit de Barnes, lorsque ton passé t'appelle, ne réponds pas, il n'a rien de nouveau à te dire". C'était un penseur au fond Lucky le malchanceux. Il n'y avait rien de plus juste que cette phrase. Pourtant il ne pouvait toujours s'empêcher d'en revenir, encore et toujours, à ce Benali.

Page 206

L'auteur

Louise Caron est née en 1948. Docteur en neurobiologie et en biochimie, elle entame, en 1983, une formation de comédienne au théâtre-école de Montreuil.

En 2007, elle quitte Paris pour les Cévennes. Depuis, elle consacre son temps à l’écriture et au théâtre. Son premier roman, Se départir, est paru en 2012. Sa pièce Comme un parfum d’épices dans les odeurs de menthe, lauréate du prix d’écriture théâtrale « NIACA » en 2012, a été publiée en septembre 2014.

"Chronique des jours de cendre"

Paru le 9 avril 2015 aux éditions Aux forges de Vulcain

ISBN : 978-2-919176-88-5

279 pages

17.00€

"Chronique des jours de cendre" de Louise Caron

Commenter cet article