Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Que Lire sur Hellocoton

Badge Lecteur professionnel

 

Publié par Velidhu

Sortie de LadyGrey adaptation cinémathographique des romans d'Hubert Mingarelli

Aujourd'hui sort l'adaptation cinémathographique de « Ladygrey » avec Jérémie Renier et Peter Sarsgaard. Le film est une adaptation libre d' « Une rivière verte et silencieuse » et de « La dernière neige » de Hubert Mingarelli.

C’est l’occasion de se replonger dans ces deux récits d'une vérité bouleversante sur les relations père-fils.

Si vous souhaitez lire les romans avant de voir le film, voici les 4ème de couverture !

Une rivière verte et silencieuse :Un père aime son fils qui aime son père. Tout cela se vit sans éclat, dans une modeste maison, raconté à mots feutrés par le fils. Une rivière verte et silencieuse est un texte intemporel, dans une ville indéfinie, avec son usine de compresseurs au milieu d'une vaste étendue d'herbes hautes. Dans ces étendues grasses, le narrateur a creusé un tunnel à ciel ouvert, véritable refuge dans lequel il marche, imagine et rêve d'un bras de rivière traversé par un pont, une rivière verte et silencieuse. Le père a été ouvrier dans l'usine de compresseurs. Maintenant, il désherbe les pelouses des contremaîtres de l'usine. C'est un échec qui s'engourdit dans un quotidien précaire. Père et fils comptent alors sur leurs plantations de rosiers dans une centaine de pots qui rapporteraient assez d'argent pour vivre sans la hantise du lendemain. En attendant, on échange des jeux dérisoires, des silences songeurs, des têtes à têtes autour des repas, un rituel de la prière fondée sur l'espoir. Au bout des silences, des phrases courtes, il s'agit pour le narrateur de reconsidérer le père, de le mieux saisir, de pouvoir l'évoquer avec fierté, loin du "raté" méprisé par tout le monde. Hubert Mingarelli ne dit pas tout et procède par petites touches pudiques pour signer un remarquable récit sur le rapport père-fils, dans la complicité qui se cherche, s'établit peu à peu, timidement.

La dernière Neige : Une année où il a tant neigé. C'est cette année-là que le narrateur a voulu acheter le milan, trônant piteusement dans sa cage, dans la boutique de Di Gasso, marchand d'un bric-à-brac hétéroclite. Un rêve de possession d'adolescent. Un rêve qui se nourrit d'espoir, se gonfle d'imagination, depuis la capture de l'oiseau à son vol majestueux. En attendant de réaliser ce rêve, il travaille dans un hospice, sort les petits vieux, les soutient au bout de ses frêles épaules, débarrasse la portée d'une chatte, mène à l'épuisement une vieille chienne orpheline d'une plus vieille dame encore. On fait ce qu'on peut avec ses rêves. On fait ce qu'on peut pour les réaliser. Pour gagner trois francs six sous. Entre une mère et un père. Une mère rarement présente, qui sort la nuit, rentre au petit matin, sanglote entre ses paumes ; un père moribond, seulement maintenu dans un sursis ridicule et dérisoire par le récit de la capture du milan, et les regards fascinés qu'il jette sur l'oiseau posé tout près de son lit... A partir d'une histoire simple, Hubert Mingarelli réussit un formidable récit sur les rêves accrochés à l'enfance, sur l'apprentissage de la mort comme celui de la vie, sur le lien père/fils, resserré autour de cet oiseau, au bout des regards, des silences, des moments longs d'observation. Roman d'initiation, en une langue tendue, sans relâchement, de la simplicité des gestes à la simplicité des mots, La Dernière Neige est une oeuvre rare, juste. Juste et exceptionnelle.

L'auteur : Hubert Mingarelli arrête l'école à 17 ans pour s'engager dans la marine. Il va donc voyager, surtout en Méditérranée.et dans le Pacifique. A son retour, il entrepend un périple à travers l'Europe, qui le conduit à Grenoble où il s'installe. Il commence à publier en 1990. Il est lauréat du Prix Médicis en 2003 pour son roman "Quatre Soldats". Les femmes sont relativement absentes de ses romans et nouvelles. Il s'intéresse plus volontiers au rapport père-fils que ce soit dans "Une rivière verte et silencieuse" (1999), "La Dernière Neige" (2000) ou encore dans "La Beauté des loutres" (2002). Dans "Quatre Soldats" (2003), il évoque l'amitié de ces quatre hommes dont un est à peine sorti de l'adolescence. Les trois nouvelles de son recueil "Océan Pacifique" (2006) racontent la vie de matelot qu'il a lui même vécue. Cet ouvrage lui vaut le Prix Livre & Mer Henri-Queffélec au Festival Livre & Mer - Concarneau 2007. Il vit aujourd'hui dans un hameau de montagne de Matheysine dans les Alpes françaises.

Commenter cet article

Léa Touch Book 06/05/2015 19:53

Merci beaucoup car je ne connaissais ni ce film ni les œuvres dont tu parles et je pense que cela pourrait beaucoup me plaire :) !

Velidhu 06/05/2015 20:26

Le casting du film est très bien en plus. Je vais lire les livres avant d'aller le voir pour pouvoir faire une comparaison vu qu'il s'agit d'une adaptation "libre".