Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Que Lire sur Hellocoton

Badge Lecteur professionnel

 

Publié par Velidhu

Wave de Sonali Deraniyagala

Je ne me suis pas arrêtée pour mes parents. Je ne me suis pas arrêtée pour frapper à la porte de mes parents qui occupaient la chambre juste à côté de la nôtre, sur la droite, alors que nous nous élancions. Je n’ai pas crié pour les prévenir. Je n’ai pas frappé à leur porte ni appelée leurs noms. Alors que je passais devant leur porte, une fraction de seconde, je me suis demandé si je devais le faire. Mais je ne pouvais pas m’arrêter. Cela nous ferait ralentir. Nous devions continuer à courir. Je tenais fermement les mains de mes petits garçons. Nous devions sortir de là.

26 décembre 2014 Sonali Deraniyagala passe quelques jours de vacances en famille dans un complexe hôtelier de Yala au Sri Lanka. D’origine Sri Lankaise, c’est régulièrement qu’elle va se ressourcer auprès des siens accompagnée de son mari Steve et de ses deux fils Vikram et Malli.

Ce jour-là, tout est paisible, quand elle remarque que la mer se rapproche. Très vite l’intrigue fait place à la panique. Il faut s’enfuir immédiatement. Sonali et Steve emmènent les enfants sans prendre le temps de prévenir les parents de la jeune femme, qui occupent la chambre à côté de la leur. Ils ne peuvent pas se permettre de prendre du retard, ils courent pour échapper au mur d’eau qui se dresse derrière eux. Ils montent dans un 4x4, mais leur tentative d’évasion est veine, l’eau les entoure déjà, le véhicule se retourne, ils sont séparés, seule Sonali survivra.

Ce témoignage est d’une extrême pudeur, ses souvenirs sont de petits moments de sa vie de famille qu’elle partage dans ce livre avec nous.

Tout d’abord, elle explique comment elle tentait de ne pas penser à eux pour garder l’illusion d’un cauchemar qui ne serait pas réel. Elle évoque aussi son envie de mourir et ses doutes.

Était-elle à ce point une mauvaise mère pour que Dieu la punisse de la sorte ? Entourée de sa famille, qui fait le maximum pour l’aider, elle se laissera dépérir avant de remonter doucement la pente.

Les années passent et chaque jour lui rappelle une anecdote sur un être aimé disparu. Sa maison de Londres, remplie de souvenirs, dont le lit a gardé l’odeur de son mari, le paillasson où l'on peut encore voir les traces de pieds de ses deux fils, les enfants de ses amies qui jouent dans les jardins environnants et dont les rires lui rappellent que Vikram et Malli devraient avoir le même âge maintenant.

C’est avec beaucoup de tendresse qu’elle parle de sa famille et qu'elle se souvient que quelques jours avant le drame, un de ses amis lui disait combien il la trouvait idéale. Était-ce trop de bonheur ? Lui avait-il porté la poisse en évoquant la chance qu’ils avaient d’être si unis ?

Ce récit n’est pas du tout un documentaire sur le Tsunami et ses conséquences. Il s’agit juste des souvenirs d’une survivante qui doit apprendre à se reconstruire après un tel choc. À aucun moment on ne sombre dans le pathos ou le voyeurisme. Il n’y a aucune haine, juste de la souffrance. Sonali Deraniyagala nous livre avec beaucoup de pudeur ses souvenirs, son chagrin, l’amour qu’elle porte malgré tout au Sri Lanka. On ressent dans ses propos et dans la façon qu’elle a d’aborder cette situation, qu’elle et son mari étaient tous deux érudits.

C’est un témoignage qui me touche énormément tant ça doit être difficile d’être la seule survivante d’un tel drame. En quelques minutes, elle, mais aussi des milliers d’autres personnes, sont passées du rire aux larmes.

À lire, pour se remémorer cette catastrophe, mais aussi pour se rendre compte qu’une fois les dégâts matériels réparés, les dégâts moraux subsistent toujours, et ce plus de dix ans après cette catastrophe naturelle.

Je vous conseille de regarder au moins deux des trois vidéos que j’ai publiées ci-dessous. Celle de Sonali où elle parle de sa triste expérience et celle sur le Tsunami en lui-même dans laquelle on peut se rendre compte de combien il devait être difficile de se sortir de ces eaux qui charriaient tant de déchets.

Wave de Sonali Deraniyagala

L'auteur

Sonali Deraniyagala a perdu toute sa famille lors du tsunami de 2004 alors qu’elle était en vacances au Sri Lanka. Ce livre est le récit de ce drame, sa peine et des années qui ont suivi. Sonali se livre tout en gardant une certaine pudeur et cela donne un récit touchant.

Je dois cesser de me souvenir. Je dois les garder dans un lieu lointain. Plus j'ai de mémoire, plus grande est ma souffrance. Ces pensées martelaient mon cerveau. J'ai arrêté de parler d'eux, j'ai cessé de prononcer leurs noms, j'ai effacé leurs histoires. Que leur vie, que mes garçons deviennent aussi irréels que cette vague.

Commenter cet article

Leeloo K 28/06/2015 10:33

Ah oui, voilà un livre à lire absolument, je le note !

Velidhu - Que Lire ? 29/06/2015 08:56

J'espère qu'il te plaira.

Rebecca G. 26/06/2015 07:54

Je l'inscris TOUT DE SUITE sur ma liste de livres à lire absolument!!! Merci pour ce partage.

Rebecca G. 26/06/2015 08:11

Ah, merci...! C'est très gentil!! (j'ai déjà mis 4 extraits et ce ne sont pas des chapitres entiers ;)). J'espère qu'un jour il sera sur ton blog et qu'il aura l'honneur d'un petit article :D... Pour le moment, j'en suis toujours aux dernières corrections. C'est long, mais j'avance bien. Je suis contente. Après ce sera de nouveau la course aux éditeurs... Bon, pour WAVE, je vais chercher. Merci beaucoup à toi! A bientôt! Bises.

Velidhu - Que Lire ? 26/06/2015 07:58

Bonjour Rebecca ! Comment va ton livre? Tu sais je regarde ce que tu fais de temps en temps mais je ne commente pas car pour tout te dire, le chapitre que tu as mis en ligne et pour lequel tu souhaitais des critiques, m'avait bien plu, ...je n'avais rien à dire !

Pour Wve, ouvre les yeux quand tu vas faire tes courses, tu le trouveras presque partout.

Léa Touch Book 25/06/2015 17:49

Tu as mis le mot "pudeur" je pense que je retiendrai plus la femme que le livre en soi, mais c'est vraiment très émouvant !

Velidhu - Que Lire ? 25/06/2015 17:55

Oui, c'est vrai qu'à travers son récit, elle m'a presque donné envie de la connaître hors de ce contexte.

Dareel 25/06/2015 17:47

Mon dieu quelle horreur... Bel hommage que ce bouquin en tout cas !

Velidhu - Que Lire ? 25/06/2015 17:56

Quand je lisais ce livre, au moment où elle se rend compte que ce drame est bien réel, j'avais les larmes aux yeux. Je me disais mais comment fait-on pour vivre après tout ça?

manou 25/06/2015 17:33

Terrible, ce témoignage doit être terrible à lire mais tu as raison il faut le lire pour ne pas oublier la souffrance de tous ces gens qui se sont retrouvés démunis et sans famille...Par opposition nous verrons nos petits soucis quotidiens sous un autre jour.
Je l'inscris dans ma liste en attente.
Merci pour ton article
Manou

Velidhu - Que Lire ? 25/06/2015 17:45

De rien Manou. C'est un bon témoignage je trouve. On oublie souvent qu'après une catastrophe naturelle de cette ampleur, les victimes ne reprennent pas le cours de leur vie une fois le ménage terminé... Après l'effervescence des jours qui suivent vient le calme et la solitude que provoque la perte d'un être cher.