Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Que Lire sur Hellocoton

Badge Lecteur professionnel

 

Publié par Velidhu

Ce pays qui te ressemble de Tobie Nathan

Lors d'un diner, Farouk lui avait glissé : "Méfiez-vous de votre mari, il a déjà fait disparaître deux épouses."
Elle avait éclaté de rire et avalé son verre d'un trait. "Ne vous en faites pas pour moi, Sire ! Une vraie femme est comme la terre. Elle survit à ceux qui la piétinent. "

Égypte 1925, juifs et musulmans se côtoient et bien qu’ils vénèrent des dieux différents, vivent côte à côte sereinement.

C’est dans cette atmosphère qu’Esther et Motty se marient. Elle, la folle, la possédée depuis sa perte de connaissance à l’âge de cinq ans provoquée par une chute. Lui, l’aveugle, l’impotent. Un couple improbable, mais dont le mariage sera béni par un amour sincère et maudit, car l’enfant tant désiré tarde à venir. Un mariage qui ne se solde pas par une naissance est souvent source de commérages.

Moty et Esther n’y échapperont pas : sait-il s’y prendre ? Et elle, le démon qui l’habite n’est-il pas à l’origine de cette stérilité ? Les femmes auront tout essayé, en vain, et c’est avec un dernier espoir qu’elles remettront le sort d’Esther entre les mains d’une femme usant de sortilèges.

Quelques mois plus tard, Zohar voit le jour, faible, sa mère ne peut allaiter son bébé. Il faut trouver une nourrice pour que l’enfant survive. C’est à une jeune mère arabe qu’il devra la vie.

Les années passent et Zohar rêve de sa sœur de lait, Masreya. Il sait qu’il la reverra et le jour où il la croise, c’est le coup de foudre. S’il n’est pas bien vu d’entretenir une liaison avec une sœur de sang, coucher avec une sœur de lait est un grave péché. Pourtant, il leur est impossible de lutter, la passion qui les lie est trop forte.

Masreya, jeune danseuse d’une beauté flamboyante aidera Zohar à se faire un nom en côtoyant les personnages les plus influents du Caire, allant jusqu’à devenir la maîtresse du roi Farouk. Le roi, amateur de très jeunes femmes fait passer son plaisir avant son devoir de souverain.

L’Égypte des années quarante, les yeux rivés sur l’Europe en guerre, hésite à prendre position dans le conflit et pendant ce temps, l’islamisme radical prend de l’ampleur dans le pays. Les juifs qui jusque là y vivaient sereinement voient les tensions prendre de l’ampleur.

Quel avenir pour ces Égyptiens juifs ?

Comment Zohar le juif et Masreya, la musulmane vont-ils gérer leur relation ?

Une saga entre passé et présent, entre superstition et religion, entre respect et rejet.

Un roman que j’ai aimé même si je lui ai trouvé quelques longueurs. Cette transition entre les anciennes coutumes remplacées peu à peu par des us plus modernes est subtilement décrite. Ceci explique peut-être les longueurs que j’ai mentionnées plus haut, les changements ont lieu petit à petit et l’Histoire, la guerre, tient une place importante dans ce livre.

Tobie Nathan décrit une période de l’Égypte dont je ne connaissais rien et qui m’a plutôt surprise. Étrange de s’imaginer un si grand pays gouverné par un jeune roi orgueilleux et futile qui a été jusqu’à interdire les voitures rouges pour que l’on puisse reconnaître un de ses véhicules à son passage.

Une lecture intéressante et passionnante, mais que j’aurais tout autant appréciée raccourcie de quelques chapitres.

"Ce pays qui te ressemble" de Tobie Nathan

Paru le 19 août 2015 aux éditions Stock

Collection : La bleue

ISBN-13: 978-2234078222

540 pages

22.50€

Ce pays qui te ressemble de Tobie Nathan

L'auteur

Tobie Nathan (né en 1948) est le représentant le plus connu de l'ethnopsychiatrie en France.

Il est professeur de psychologie à l’Université de Paris VIII, diplomate et écrivain. Né en Égypte, au Caire il fait ses études en France et obtient un doctorat en psychologie (1976) puis un doctorat ès lettres et sciences humaines (1983). Il devient ensuite successivement assistant, puis maître-assistant à l'Université de Paris XIII, et depuis 1986, professeur de psychologie clinique et pathologique à l'Université de Paris VIII.

Tobie Nathan s'est intéressé à la psychanalyse, puis aux psychothérapies et à l'ethnopsychiatrie. Toujours concerné par les liens entre psychopathologie, pratiques cliniques et environnement social, il a également une pratique d'expertise – il est expert près la Cour d'appel de Paris. Il a créé la première consultation d'ethnopsychiatrie en France, en 1979, dans le service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent de l'Hôpital Avicenne (Bobigny), alors dirigé par le professeur Serge Lebovici, psychanalyste et pédopsychiatre Il a fondé en 1993 le Centre Georges-Devereux, centre universitaire d'aide psychologique aux familles migrantes, au sein de l'UFR « Psychologie, pratiques cliniques et sociales » de l'Université de Paris VIII – centre qu'il a dirigé de 1993 à 1999. Ce centre est en France le premier lieu universitaire de clinique psychologique au sein d'une UFR ou d'un département de psychologie.

Sous l'égide de Georges Devereux, il a fondé, en 1978 la première revue francophone d’ethnopsychiatrie – Ethnopsychiatrica qui a paru de 1978 à 1981. Puis il a fondé en 1983 La Nouvelle Revue d'ethnopsychiatrie qui a livré 36 numéros de 1983 à 1998 – aux éditions de la Pensée sauvage, à Grenoble. Depuis février 2000, il dirige une nouvelle revue, Ethnopsy / Les mondes contemporains de la guérison, aux Empêcheurs de penser en rond, Le Seuil, Paris. De 1996 à 2000, il a dirigé l'UFR de « Psychologie, pratiques cliniques et sociales » de l'Université de Paris VIII, et de 2000 à 2003, l'Institut d'enseignement à distance (IED) de l'Université de Paris VIII. De février 2003 à août 2004, il a dirigé la Délégation de l'Agence universitaire de la Francophonie pour l'Afrique des Grands Lacs, à Bujumbura (Burundi).

De 2004 à 2009, il a été Conseiller de coopération et d'action culturelle près l'Ambassade de France en Israël à Tel-Aviv, et depuis septembre 2009 à Conakry en Guinée.

Tobie Nathan est également essayiste et romancier. Il a publié, entre autres, La Nouvelle Interprétation des rêves (Odile Jacob, 2011) et Ethno-roman (Grasset), prix Femina de l’essai 2012.

Le jeudi 3 septembre 2015, le jury du prix Goncourt à dévoilé la liste des 15 romans en lice pour le prix, parmi lesquels figure "Ce pays qui te ressemble".

Commenter cet article

HAMMOUCHE MAGALI. 12/09/2016 11:30

J.AIME BEAUCOUP VOUS LIRE

HAMMOUCHE MAGALIJ. 12/09/2016 11:11

J.AIMERAIS TELLEMENT VOUS RENCONTRER TEL 0785913058

Mimi 06/09/2015 21:49

L'amour au-delà des religions, toute une actualité.

Velidhu - Que Lire ? 07/09/2015 08:09

Oui, je crois que dans 500 ans ça sera toujours d'actualité malheureusement...

Suzy Bess 06/09/2015 17:13

Il semble intéressant. Merci pour cet avis. ;)

Velidhu - Que Lire ? 07/09/2015 08:09

Mais de rien ma Suzy !

Léa Touch Book 06/09/2015 16:23

J'hésitais sincèrement à le lire mais ta chronique donne vraiment envie ! :)

Velidhu - Que Lire ? 07/09/2015 08:08

Une histoire très romancée fondée sur des bases historiques réelles...c'est un roman très bien fait !

Rebecca G. 06/09/2015 15:48

Mes beaux-parents sont justement des juifs d'origine égyptienne. Ma belle-mère avait 16 ans, lorsque sa famille (comptant sa mère veuve et ses frères et sœurs) a été expulsée d'Egypte par Nasser (ils avaient la nationalité française) suite à l'affaire du Canal de Suez, avec pour tout bien une seule valise par personne. Ils ont dû remettre tous leurs bijoux, leur argent et les clés de leur appartement aux autorités, sous peine de mort... Triste histoire, après avoir passé des décennies dans ce pays. Bisous.

Velidhu - Que Lire ? 07/09/2015 08:07

On ne connaît de ce pays que l'époque grandiose des pharaons et des grands travaux ou l'Egypte touristique,....mais si peux de sa politique hors des faits très contemporains....