Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Que Lire sur Hellocoton

Badge Lecteur professionnel

 

Publié par Velidhu

Journal d'un caméléon de Didier Goupil

La plupart de ceux qu'il croisa dans les couloirs le dévisagèrent avec ébahissement. Comment pouvait-il rejoindre sa chambre au lieu d'aller manger ? Qu'est-ce qui l'autorisait à mépriser de la sorte le pain du seigneur ?
Estève ne répondait pas. Il avait pourtant la réponse à ces questions mais il préférait la garder pour lui, la répétant à voix basse dans sa tête : "Seuls les poissons morts suivent le sens du courant"

C’est un nébuleux roman inspiré de la vie et des différents internements de son ami Roger Esteve que Didier Goupil nous offre.

Roger aime les femmes, sa première femme, sa seconde femme et sa sensuelle maîtresse. Les femmes l’aiment, sa seconde femme acceptant l’aide de la première pour aider Roger à surmonter un chagrin d’amour que lui a causé la dernière en date, la traîtresse. Lasse, la superbe l’a délaissé lui préférant qui plus jeune, plus fringant ou juste différent.

Interné, Roger erre dans les couloirs de la clinique. À la recherche du fumoir, celui au bout du couloir, chemin dangereux et tortueux qui nécessite l’utilisation d’une boussole. Il en grille une, puis deux, puis trois, il fouille ses poches et fume encore, puis retourne à sa chambre en portant une attention particulière à ne croiser personne. Qui sait ce qu’un fou pourrait lui faire ?

C’est le récit d’une vie d’artiste, d’un passionné, d’un amoureux éconduit, d’un ami...

Un très beau roman, que j’ai lu en prenant le temps, à la vitesse d’un gastéropode faisant comme Roger lorsqu’il s’aventure dans les couloirs. Un récit pas toujours simple à comprendre, mais est-il facile de percevoir ce qui se trame dans la tête d’un bipolaire ?

Ce roman aurait pu être écrit par le malade lui même, l’ambiance étant celle du bourdonnement qui résonne dans un esprit embrumé par les idées qui vont, qui viennent et s’entrechoquent. C’est un séjour en psychiatrie, vu par Roger, certes, mais aussi par les femmes de sa vie.

Ce second roman publié par les éditions Le Serpent à Plumes confirme ma première impression : des publications décalées de grande qualité.

"Journal d'un caméléon" de Didier Goupil

Paru le 20 août aux éditions Le Serpent à Plumes

ISBN : 979-10-94680-05-6

220 pages

18.00€

Journal d'un caméléon de Didier Goupil

Didier Goupil vit actuellement à Toulouse. Professeur de lettres, il est aussi scénariste et dramaturge. Son premier ouvrage, « Maleterre » un recueil de nouvelles, a reçu le prix Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres. « Femme du monde », son roman paru en 2001 chez Balland, a fait l’objet d’une pièce radiophonique produite par France Culture, et d’une adaptation théâtrale, avant d’être réédité en 2003 au Serpent à plumes : une écriture épurée et ciselée pour décrire le portrait d’une femme née avec le 20ème siècle. "Castro est mort", est paru aux éditions du Rocher. Son dernier roman "Journal d'un caméléon" est paru aux éditions Le Serpent à Plumes en août 2015.

Commenter cet article

Mimi 07/10/2015 17:11

Joli titre pour évoquer le fait d'être bipolaire...

Caroline 07/10/2015 14:31

C'est le genre de livres que j'aime, merci du partage !

Bernieshoot 07/10/2015 13:55

un second roman est une aventure à haut risque après un premier de qualité, ici c'est visiblement réussi

Velidhu 14/10/2015 13:12

C'est réussi !