Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Que Lire sur Hellocoton

Badge Lecteur professionnel

 

Publié par Velidhu

Et elle me parla d'un érable, du sourire de l'eau et de l'éternité d'Antoine Paje
Et elle me parla d'un érable, du sourire de l'eau et de l'éternité d'Antoine Paje

Les minutes s’égrainent, le temps passe sans que nous l’employions à bon escient. Par ces instants auxquels nous ne prêtons aucune attention, c’est notre vie qui défile, nos rêves que nous laissons de côté pour vivre de façon mécanique. On avance sans réel but, aujourd’hui étant semblable à ce que sera demain.

Dans « Et elle me parla d’un érable, du sourire de l’eau et de l’éternité » Antoine Paje, nous parle d’envie, de choix et du pouvoir de dire NON !

Commençons par être attentifs aux petits signes que nous percevons, mais auxquels nous ne prêtons guère attention comme Antoine, comptable dans une grande fiduciaire. Un métier qu’il n’a pas vraiment choisit, mais vers lequel il s’est dirigé après avoir éliminé d’autres professions trop contraignantes à son goût. Originaire du Sud-Ouest, il quitte Tours pour Paris, ses proches pour l’anonymat de la capitale. Ayant un relationnel assez aisé, Antoine se fait des connaissances, mais malheureusement, il n’entretient pas ses relations. Trop absorbé par son quotidien, il en oublie de prêter attention à ceux qu’il apprécie.

En suivant le personnage principal de ce livre, Antoine Paje, nous montre comment la routine s’insinue dans notre vie.

Et si nous ralentissions un peu ? Prenons le temps de penser à ce qui nous rendrait vraiment heureux. Quels changements pourrions apporter à notre vie pour aller vers ce que nous souhaiterions vraiment devenir ? Il est temps pour nous d’arrêter de subir l’existence morne de celui qui sait qu’il s’est trompé, mais qui ne trouve pas le courage ni le moyen de donner l’impulsion positive qui le mènera au changement.

Ce récit philosophique nous parle du temps qui passe et de ces minutes dont nous faisons mauvais usage. Il nous parle aussi de l’art de repousser certaines choses au lendemain sans penser que demain, il sera peut-être trop tard. Trop tard pour dire aux gens qu’on les aime, trop tard pour donner un peu de notre temps à quelqu’un qui en aurait besoin. Trop tard pour changer de cap et se diriger vers le bonheur.

Ce livre à forte tendance philosophique est un condensé de bons conseils pour arrêter de ruminer notre mal-être et enfin prendre les devants. Un des petits trucs donnés par l’auteur est d’oser prononcer des oui ou des non francs et directs. Accepter ce qui nous enchante et refuser ce qui nous rebute. Savoir s’écouter pour se construire une vie qui nous conviendrait vraiment.

Même si Antoine est dans de parfaites conditions pour amorcer un changement radical dans sa vie, célibataire sans enfants et financièrement à l’aise, rien ne nous empêche de changer de cap à notre rythme. Commençons doucement et renouons contact avec eux qui nous manquent, mettons de la distance avec les personnes qui nous importunent, réfléchissons à ce qui nous rendrait heureux et élaborons des listes de choses qui nous aideraient à tendre vers le bonheur.

Porté par un personnage sympathique, ce roman est un véritable remède contre la fatalité. Qu’importe si nous avons perdu du temps, il est encore possible de mettre le cap sur une vie plus belle.

"Et elle me parla d'un érable, du sourire de l'eau et de l'éternité" d'Antoine Paje

Paru le 12 novembre aux éditions Fleuve

ISBN-13: 978-2265099159

304 pages

17.90€

L'auteur

Antoine Paje est né en septembre 1971 à Paris. Diplômé de l'ENSIA, devenue AgroParisTech, il a été gérant de société et a travaillé plusieurs années avec l'étranger.
Antoine n'était pas heureux, mais pas non plus malheureux. D'ailleurs, la question ne l'avait pas effleuré. Jusqu'au jour ou, grâce à une rencontre, il prit conscience que le présent n'avait jamais existé pour lui. Chaque minute de sa vie s'était transformée en marchepied afin d'accéder à la minute suivante. Rien d'autre. Même son passé s'effilochait puisqu'il n'avait pas non plus vécu ces minutes-là, au fur et à mesure qu'elles s'égrenaient. Et Antoine décida d'accorder de l'importance aux minutes. Il décida de monter dans le train de sa vie plutôt que de le regarder défiler. Il comprit que dans l'immense défilé des minutes, parfois répétitives et ennuyeuses, se cachent les minutes d'éternité, celles qui nous offrent les nouveaux aiguillages d'une nouvelle vie.

Commenter cet article

PHILIPPE D 05/05/2017 21:55

Je viens de le terminer. J'ai nettement préféré le premier. Je n'ai pas vraiment accroché à cette histoire bien qu'Alexandre soit sympathique...

Velidhu 06/05/2017 21:11

Merci pour votre avis Philippe. Moi, ça a été le contraire. J'avais trouvé le premier assez cliché, surtout la façon d'agir et de penser du personnage principal. J'ai trouvé celui-ci plus posé, plus dans l'air du temps... Mais je crois aussi que c'est une question de sensibilité homme-femme. Je me retrouve plus dans la situation de ce livre-ci que dans et il me parla d'une montagne...

PHILIPPE D 03/03/2017 21:52

J'ai beaucoup aimé le précédent. C'est d'ailleurs un livre que j'ai offert plusieurs fois.
Je lirai celui-ci aussi.

Velidhu 07/03/2017 15:19

Tu devrais apprécier celui-ci aussi dans ce cas.

Bernieshoot 12/11/2015 12:46

une lecture philosophique qui a du sens

Velidhu - Que Lire ? 12/11/2015 16:59

Des choses qu'on sait mais qu'on a du mal à appliquer pourtant...