Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog Littéraire : Que Lire ?

Que Lire ? Le blog littéraire d’une rédactrice web de 40 piges qui allie sa passion de l’écriture à celle de la lecture. Des livres et des chroniques littéraires ? Oui, mais pas que ! Vous découvrirez des tests conso, de la culture, de l'art et tout les thèmes lifestyle qui me parlent ; bio, végé, éco et bien-être...

Emi de Barbara Zonenberg

Emi de Barbara Zonenberg

Emi et moi, on s'est vues quelques fois au début et puis quand quelques semaines plus tard, les grandes vacances sont arrivées, on s'est vues tout le temps.

Dès ma première visite, Caroline, la maman d'Emi, me gave de bonbons, chocolats, gâteaux. Elle est tellement contente qu'Emi ait une amie, une "vraie" amie comme elle dit. Dès fois quand nous éclatons de rire, elle passe la tête par la porte. Je vois bien que derrière son sourire, il y a des larmes dans ses yeux.

Être « amies pour la vie », c’est super, dommage que ça soit si court...

Elle ne tient pas en place, elle est pleine de vie, elle rit fort et grimpe aux arbres. C’est normal, elle a 10 ans. Mais à 10 ans, tous les enfants n’ont pas cette chance. C’est après avoir chuté d’un arbre dans le jardin de ses voisins qu’elle rencontre Emi. Elles deviendront très vite amies, et elle deviendra ses yeux et ses jambes. Elle lui racontera ses aventures, ce qui se passe à l’extérieur, car Emi est malade et c’est grave. Mais a-t-on conscience de la signification du mot « grave » quand on a 10 ans ? Pour elle, oui, son amie est malade, mais elle va se soigner, et ça va aller mieux. On est plein d’espoir quand on a 10 ans.

La prise de conscience

La rentrée en sixième fait que les amies se voient moins. Elle noue d’autres contacts, prend plaisir à de nouvelles choses. Ses visites à Emi se font plus rares, mais l’amitié reste très forte. Au retour de vacances, son insouciance s’envole....

Quand les parents ont peur pour leurs enfants

J’ai apprécié la façon dont les sentiments sont retranscrits avec beaucoup de justesse. Au début, on ressent que les parents d’Emi ont peur de cette nouvelle amitié que leur fille vient de lier. Ils ont peur, car ils savent que l’issue sera tragique, que leur fille sera d’une façon ou d’une autre touchée par la maladie d’Emi. Quel parent laisserait son enfant souffrir intentionnellement ? Pourtant, face à l’insistance de leur fille, ils laissent faire et prient pour que tout se passe bien.

« Emi » de Barbara Zonenberg, c’est un très beau roman jeunesse, à lire dès 8-10 ans. L’idéal serait que les parents le lisent également, pour pouvoir en discuter en famille. L’écriture très simple est d’une incroyable justesse, les réactions de la narratrice aussi. Du haut de ses 10 ans, elle comprend bien des choses, mais porte encore tant d’espérances en elle. On remarque aussi la difficulté d’avoir un enfant atteint d’une maladie incurable. Le difficile combat entre garder espoir, se montrer gai et enjoué et la volonté parfois de laisser couler les larmes.

J’ai refermé le livre en larmes tellement je l’ai trouvé touchant, tragique, injuste, mais aussi d’une grande beauté.

"Emi" suivie de "Lucie "de Barbara Zonenberg

Paru le 3 novembre 2014 aux éditions Books on demand

ISBN-13: 978-2322038398

108 pages

6.99€ pour l'édition brochée

3.99€ en téléchargement Kindle

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Bonjour Barbara
Quelques nouvelles... après le mémorable salon le Paris où nous fîmes connaissance et le salon l'autoédition à Lyon. Me voilà à présent ayant intégré l'équipe qui organise le troisième salon de l'édition de Lyon dans le 9ème, le 1er juin 2019. Je présenterai un récit... il n'y aura donc pas de théâtre. Je suppose que vous "phosphorez" toujours autant dans votre écriture... je vous souhaite l'éblouissante quintessence littéraire.
Cordialement alain.
Répondre
B
Bonjour Mimi, je comprends votre sentiment et en ai été très touchée. C'est toujours très difficile de voir quelqu'un partir surtout jeune, Ce n'est pas dans la "logique" des choses dit-on ! Cependant, l'enfant qui m'a inspirée cette histoire m'a dit un jour qu'à choisir entre vivre dans ses histoires imaginaires et vivre avec l'amour de ses parents sachant qu'elle allait mourir un jour, c'était cette dernière qu'elle choisissait. Une leçon d'amour qui a fait couler beaucoup de larmes ce jour-là...
Répondre
M
C'est toujours difficile pour un enfant d'être confronté à la mort. J'ai perdu une amie lorsque j'étais petite, et bien cette amie vit toujours dans mon coeur. Je lui parle et nous vieillissons ensemble...
Répondre
V
C'est triste et beau à la fois ce que tu dis là Mimi. Je n'ai jamais été confrontée à ça, des "connaissances" oui, mais de vrais amis non.