Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Que Lire sur Hellocoton

Badge Lecteur professionnel

 

Publié par Velidhu

L'image qui a inspiré ce texte - Issue de Draftquest round RORSCHACH

L'image qui a inspiré ce texte - Issue de Draftquest round RORSCHACH

Une semaine seule

Enfin une semaine seule !

Pas de bruit, pas de mari, pas d’enfants, pas de travail. Juste la nature, mon chien et moi. J’ai loué un chalet en pleine forêt. Maintenant que j’y pense, c’était une folie, mais mon dieu, comme j’en avais envie. Souffler, décompresser, m’éloigner de mon quotidien, de ce qui fait que mes journées me paraissent interminables et si semblables les unes aux autres. J’ai lu une annonce, un email et un virement bancaire plus tard, c’était fait. 7 jours à Fossé-aux-bois, petit hameau de 5 chalets occupés uniquement par des bergers le temps du pâturage.

Nous sommes fin novembre, je récupère les clés à l’épicerie du village le plus proche situé à 22 kilomètres de là. Gilberte, la propriétaire me dit que son mari passera mercredi pour me livrer quelques provisions. Je la remercie et prends le chemin qu’elle m’indique. C’est petit, un brin austère, mais la vue est incroyable ! L’arrière du chalet, en bord de falaise, est entouré d’arbre, depuis la petite pièce qui me sert de salon, une vue imprenable sur la montagne.

Nous sommes mardi matin, cela fait 48 heures que je suis sortie pour prendre mes bagages dans le coffre et mon chien, toujours à l’arrière de ma voiture. J’entends mon Jacky hurler à la mort, moi je la sens venir, allongée par terre, incapable de me mouvoir. En temps normal, j’aurais dit qu’il m’est arrivé une broutille, mais ici, elle me sera fatale cette broutille, seule au milieu de nul part. J’ai glissé, je sais c'est bête, une plaque de verglas sous des feuilles et j’ai glissé. Je dois avoir le Coccyx cassé, ma tête est extrêmement douloureuse et j’ai si froid. Demain, le mari de l’épicière viendra. C'est très gentil de sa part mais ça sera trop tard.

Je vais mourir seule. N’était-ce pas mon plus grand souhait souffler et être seule ?

"Une semaine seule" : Audrey C.

315 mots

22 minutes

Commenter cet article

Rebecca G. 10/02/2016 18:00

Tu as une si jolie plume que 315 mots, c'est vraiment trop court !!!!!!!! Celle-ci, je la verrais très bien en tant que nouvelle, c'est à dire beaucoup plus développée. J'adore la chute (c'est le cas de le dire), tu as le don de surprendre. C'est pas du Stephen King... mais ça y ressemble drôlement, avec une griffe féminine. J'adore! :D Allez, une de plus!

manou 09/02/2016 11:45

Etre seule enfin ! quelle mère n'a jamais rêvée de l'être un peu pour un jour ou plus...pour pouvoir enfin souffler. Tu ne manques pas d'imagination...et la morale de l'histoire c'est que tu la fais mourir toute seule. Tu cherches en plus à nous faire culpabiliser !!
Merci pour ton partage et continue à écrire, je te lirais avec plaisir...

Velidhu 10/02/2016 09:42

Ca me réconforte de me dire que même si parfois nos enfants nous épuisent, ça pourrait être bien bien pire :)
Merci pour la lecture !

Velidhu - Que lire ? 09/02/2016 15:23

Merci Manou !

Caroline 08/02/2016 21:15

Va y avoir une suite? :D

Velidhu - Que lire ? 09/02/2016 16:17

Rien ne t'empêche de la faire vivre. Tu n'as qu'à inventer une suite et la poster ici, on verra ce que deviens mon personnage après être passé dans tes mains !

Caroline 09/02/2016 15:42

omg t'as trop cassé mon truc (': Bon texte en tout cas, hâte de voir les autres ! :)

Velidhu 08/02/2016 22:17

Eh non, tu peux faire ton deuil....elle est morte! En fait, je fais les campagnes Draftquest. 1 round par jour, 1 photo et tu écris ce qui te passe par la tête. Ca m'oblige à y aller à l'instinct. Mais je fais, une photo, une histoire, car j'adore inventer. Mais on pourrait écrire un texte unique en 100 photos. Certains visent le roman. Et en même temps, je participe au MOOC de 8 semaines "écrire une fiction", toujours sur Draftquest où je développe une nouvelle que j'avais écrite l'année dernière. J'avais arrêté d'écrire de la fiction, Rebecca, m'a donné envie de m'y remettre et m'a rendu un peu confiance en moi.