Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Que Lire sur Hellocoton

Badge Lecteur professionnel

 

Publié par Velidhu

La villa de Peter Nichols

Gerald posa ses outils, s'essuya les mains et serra Aegina dans ses bras. Il promena une main calleuse sur sa tête, dans ses épais cheveux.
"Il n'y a plus qu'à attendre."
Elle resta raide et immobile dans ses bras. L'un comme l'autre savait qu'aucun mot n'existait face à la douleur d'une mort prématurée.

Un début prometteur puis, une lente succession de faits et de personnages

Étrange... « La villa » de Peter Nichols est un roman étrange. Une histoire qui remonte le temps, ça aurait dû me plaire, et pourtant... non ! Malheureusement, on est loin de l’étrange histoire de Benjamin Button ! Je n’ai pas accroché à ce roman parce que l’histoire de Lulu et Gérald ne m’a procuré aucun plaisir. Si, au début, je mourais d’envie de savoir ce qui avait pu être à l’origine de leur dispute, plus j’avançais dans le roman moins mon intérêt était grand ! Les personnages me laissaient de marbre et même si j’ai trouvé intéressante la façon dont est montée l’intrigue, l’histoire ne tient pas la route. Que c’est compliqué !

Une saga sur 3 générations

La villa est un petit hôtel de Majorque, fréquenté par une clientèle fidèle. Lulu, la patronne est une dame âgée de 80 ans qui tient son établissement avec beaucoup de courage. Un jour arrive Gérald, écrivain de seconde zone. C’est l’histoire de leur vie que nous allons découvrir, et bientôt, la carte postale idyllique de Majorque laisse place à de terribles rancœurs. C’est une saga qui se joue sur 3 générations, parents, enfants, petits enfants. Lulu et Gérald ont été mariés, puis on vite divorcé avant de refaire leur vie. Et toute leur existance nous est contée sans que nous sachions ce qui a pu les séparer. On sent que c’est lourd, mais nous ne saurons rien avant la fin du roman.

Mon avis

J’ai été déçue, car il y avait une bonne idée de départ, mais ce roman est truffé d’un cocktail de clichés qui rendent la lecture racoleuse. J’adore cette couverture qui invite à la farniente, mais je m’attendais à autre chose, ou à la même chose, mais amenée d’une autre façon. Je trouve dommage qu’un auteur qui écrit bien, car, il faut bien le dire, le style est agréable, invente une histoire si décevante. Malheureusement, une lecture qui m’a déçue.

"La villa" de David Nichols

Traduit par Sarah Tardy

Paru le 11 février 2016 aux éditions du Nil

ISBN-13: 978-2841117505

458 pages

22.00€

L'auteur :

Dans la longue tradition des écrivains anglo-saxons, Peter Nichols a multiplié les métiers les plus variés, travaillant dans la publicité, comme scénariste et comme berger au Pays de Galles, avant de traverser seul l'Atlantique en voilier. Il partage son temps entre l'Europe et les Etats-Unis

Commenter cet article

Bernieshoot 04/04/2016 11:35

un monde de clichés est souvent décevant

Mimi 03/04/2016 22:37

L'emballage est joli mais le contenu n'est pas à la hauteur...

Rebecca G. 03/04/2016 22:25

Comme le dit Stephen King (encore lui??? oui, encore et toujours...<3), on pardonne plus facilement à un auteur qui a un style assez simple mais une histoire passionnante, plutôt que l'inverse...;)