Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Que Lire sur Hellocoton

Badge Lecteur professionnel

 

Publié par Velidhu

Maestra de L.S. Hilton

S'envoyer en l'air peut être un plaisir sans complication, aussi ancestral et élémentaire que le goût du sel et de terre d'une olive, ou qu'un verre d'eau fraîche après une longue marche dans la poussière. Alors pourquoi dire non ? La monogamie, c'est bon pour les physiques quelconques.

Maestra de L.S. Hilton
« Maestra », le coup de maître de L.S. Hilton

Entre le roman noir et le roman érotique, « Maestra » est un roman intriguant. J’ai tout de suite accroché, pour très vite décrocher avant de me dire que oui, s’il y a une suite je la lirai !

Tout commence avec Judith, une jeune femme que l’on imagine bien sous tout rapport, évoluant dans le monde du marché de l’art. La journée, elle endosse le rôle de la petite assistante soumise avec brio alors que ses soirées sont placées sous la bannière du sexe à profusion. Partouseuse émérite, Judith aime les belles choses et a des fins de mois difficiles. Elle rencontre une ancienne connaissance qui l’a fait engager dans un bar à champagne miteux, où elle apprend les ficelles du métier d’entraineuse. Judith aime l’argent et décide de profiter de l’un de ses clients, mais tout ne se passera pas comme prévu...

« Maestra », un début prometteur et pourtant...

J’ai adoré l’univers dans lequel Judith travaillait, les tableaux, la façon dont est abordé le marché de l’art, mais malheureusement on s’en éloigne très vite pour se retrouver plongé dans un univers fait de talons 12 cm et de sac en cuir plaine peau. Ce qui m’a plutôt dérangée, ce n’est pas qu’on parle chiffons, après tout, je suis une femme, j’adore ça, c’est qu’on en parle à toutes les pages. Lire « Maestra », c’est un peu comme lire Grazia ou Elle, quand on enlève le placement de produit, il ne reste plus grand-chose. Mais bon, à défaut d’avoir approfondi mes connaissances sur l’art, j’aurais au moins appris qu’une lanière de sac Chanel peut vous rester dans la main à peine quelques heures après l’avoir acheté. Et ça, vu le prix, c’est tout de même inadmissible !

Sexe, meurtre et shopping à volonté

Alors, durant tout le roman, nous allons suivre notre chère Judith, de parties fines, en parties de jambes en l’air en mer, sur terre, sur pont, sous le pont, sur yacht ou sur canot, a deux ou à plusieurs... C’est inéluctable, Judith ne s’ennuie pas et à une condition physique à toute épreuve bien qu’elle ne semble pas pratiquer de sport, si ce n’est le shopping intensif.

Mon avis

Je me suis permis une chronique sur un ton léger, car le roman se prête à ce genre de chose. Bien que j’ai trouvé abusifs tous ces clichés autour des femmes qui sont toutes vénales, jalouses, accros à l’argent et prêtes à tout pour se faire entretenir par un homme riche, j’ai trouvé ce roman très rythmé. Je ne me suis pas ennuyée une seconde lors de cette lecture. J’ai tout de même eu la désagréable impression que l’auteur n’a pas su choisir le genre de son roman et on se retrouve avec un mix entre les écrits de Sophie Kinsella, Christina Lauren et de Richard Osborne (Basic Instinct).

Je n’ai pas apprécié le personnage de Judith, par contre j’ai beaucoup aimé Steve, un homme qu’elle va rencontrer lors de sa course folle suite à une malencontreuse déconvenue lors d’un week-end passé à Cannes.

« Maestra » est un roman agréable, plutôt féminin, qui surfe sur la vague de la littérature érotique qui fait fureur actuellement. Mais, une surdose de « chichis féminins » a malheureusement influencer la façon dont je juge ce roman, qui pour moi, est une lecture plaisir sans autre prétention.

Si suite il y a, je la lirai, car bon nombre de points sont encore à élucider, n’oublions pas qu’il s’agit aussi d’un roman noir, mais si je salue l’originalité, je ne suis pas convaincue par le résultat.

Merci aux éditions Robert Laffont et à Netgalley France pour cette lecture.

"Maestra" de L.S. Hilton

Paru le 10 mars 2016 aux éditions Robert Laffont

Collection : La bête noire

ISBN-13: 978-2221191170

384 pages

18.90€

Maestra de L.S. Hilton

L'auteur :

L.S. Hilton a grandi en Angleterre et a vécu à Key West, New York, Paris et Milan. Après avoir obtenu son diplôme à Oxford, elle a étudié l'histoire de l'art à Paris et à Florence. Elle a été journaliste, critique d'art et présentatrice. Elle vit actuellement à Londres.

Commenter cet article

le livre-vie 23/06/2016 09:19

De ce que j'ai lu, c'est un roman qui ne laisse pas indifférent. Par contre, j'ai l'impression qu'il ne faut pas chercher à le faire entrer dans une case (roman policier, roman érotique etc...).

Velidhu 25/06/2016 07:00

C'est exactement ça. C'est original en tout cas.

casscrouton 18/04/2016 18:33

En le lisant je me suis plus focalisée sur le côté sombre de l'histoire que sur tous les "chichis féminins" et donc j'ai plus aimé que toi mais je comprends totalement ton point de vue. Si je m'étais focalisée sur ce genre de choses, ça m'aurait vite irritée et je n'aurais pas eu envie de continuer ma lecture. Mais j'ai aimé l'hybridité du genre, le côté chirurgical du texte. Il y a quelque chose qui m'a bien plu ! Par contre je ne sais pas si je lirai les deux autres tomes par contre...

casscrouton 18/04/2016 18:33

(Oups, j'ai écrit deux fois "par contre" dans ma dernière phrase, ça me stresse)

Mimi 18/04/2016 17:01

Je passe allègrement mon tour, c'est le genre de récit qui me fait bailler d'ennui...

manou 17/04/2016 08:57

A voir donc... Lire un livre léger, ça fait du bien de temps en temps...je n'ai rien contre.

Bernieshoot 16/04/2016 05:33

Le sujet est léger et le livre aussi visiblement