Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Que Lire sur Hellocoton

Badge Lecteur professionnel

 

Publié par Velidhu

Les couleurs du Sultan d'Isabelle Hausser

Un pays imaginaire gouverné par un despote qui entreprend de faire la guerre à son peuple pour asseoir son pouvoir. Voici ce que nous conte le narrateur, promu aux côté de Mansour qui succède à son père à la tête du Sultanat. Tout d’abord vu comme un progressiste, Mansour verra sa soif de pouvoir le pousser aux pires atrocités pour conserver la place de sa famille à la tête du pays.
En dressant chrétiens et islamistes les uns contre les autres, le pays se retrouve englué dans une guerre ou résistants et dissidents vont tout faire pour survivre et retrouver leur liberté.
Ce roman, fiction si proche du réel, est une pure merveille. Extrêmement bien écrit, dès les premières pages vous serez aspiré dans le quotidien d’un peuple qui pendant 20 longues années gardera la tête haute face à l’injustice. Et cette fin, tragique et triste, mais qui n’est malheureusement que le pâle reflet des années qui viennent de s’écouler.
C’est le premier roman d’Isabelle Hausser que je lis et il m’a réellement donné l’envie de connaître le reste de son œuvre. Je viens d’ailleurs de commander « le Petit Seigneur », afin de me confirmer si, comme je le pense, cet écrivain est bien un Grand écrivain !

 

L'auteur

Isabelle HAUSSER a vécu trois ans en Syrie entre 2006 et 2009. Elle a publié Petit Seigneur à l'automne 2010 tout à la fois roman d'amour et roman politique, réflexion sur la littérature et la censure dans un sultanat imaginaire où règne la dictature, dont Les Couleurs du sultan est en quelque sorte la suite. Elle est l'auteur de plusieurs romans, dont Nitchevo (Prix des Libraires 1994) et La Table des Enfants (Prix des lectrices de « Elle » 2002).

"Les couleurs du Sultan" d'Isabelle Hausser

Paru en avril 2014 aus éditions Buchet Chastel

ISBN : 978-22830278-68

22.00€

 

 

Les couleurs du Sultan d'Isabelle Hausser

Commenter cet article