Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Que Lire sur Hellocoton

Badge Lecteur professionnel

 

Publié par Velidhu

Chanson douce de Leila Slimani

Louise s'agite en coulisses, discrète et puissante. C'est elle qui tient les fils transparents sans lesquels la magie ne peut pas advenir. Elle est Vishnou, divinité nourricière, jalouse et protectrice. Elle est la louve à la mamelle de qui ils viennent boire, la source infaillible de leur bonheur familial.

Je ne pouvais quand même pas ne pas vous parler de Chanson Douce, le roman de Leïla Slimani qui a remporté le Prix Goncourt 2016 ! Un roman sur le couple et sur ce sentiment d’esclavagisme que peut ressentir une femme quand elle ne vit plus que pour s’occuper de ses enfants. Viennent alors le retour au travail et le temps de faire des choix pour le mode de garde. Dans Chanson douce, Leila Slimani nous raconte une histoire banale qui vire au drame.

Chanson douce, rendez-vous avec la folie

« Le bébé est mort », première phrase de ce roman qui nous pose directement en spectateur impuissant du drame qui vient de se jouer.  Une mère qui hurle à la vue de ses enfants morts et de l’assassin mort également. La nounou aimait pourtant tant les enfants.

Commence alors l’histoire donc, celle de Myriam, jeune avocate qui a arrêté de travailler pour élever ses deux enfants en bas âge. Ce qui devait être un rêve tourne au cauchemar pour la jeune maman. Plus de travail, plus de vie sociale, un mari qui lui semble n’avoir rien changé à sa vie. Un jour, elle rencontre un ex-copain de fac qui lui propose de l’engager dans son cabinet. Elle accepte, son mari n’est pas enchanté, car la garde des enfants engloutira le maigre salaire que va rentrer son épouse. Mais elle saisit cette chance, elle veut reprendre sa vie en main. Alors ils engagent Louise pour garder les enfants. Louise, timide, discrète, soignée, disponible... parfaite.

Le couple petit à petit se laisse envahir par cette nounou qui tisse sa toile dans leur quotidien. Présente du matin au soir aux côtés des enfants, elle impose ses règles à toute la famille. Mais qui est réellement Louise ? Que cache-t-elle sous son enveloppe de perfection ?

Chanson douce de Leila Slimani

Si la première phrase est la promesse d’un roman coup-de-poing. Elle n’en est malheureusement que la promesse.

J’ai bien aimé Chanson Douce, mais voilà, juste bien aimé. L’écriture simple de Leïla Slimani vient s’agrémenter de quelques phrases ou métaphores bien trouvées. Par contre, l’histoire m’a laissée sceptique. Je comprends le désarroi de cette jeune femme qui tourne en rond chez elle et qui se réveille après que les brumes qui l’ont enveloppée lors de ces deux maternités successives se soient évaporées. Elle se pose clairement la question : « et maintenant, est-ce ça ma vie ? . Ca, se sont ses enfants, ceux pour qui elle a cru qu’il fallait renoncer à tout pour leur bonheur. Mais une mère aigrie peut-elle assurer le bonheur de ses enfants ? Non. Alors Myriam saisit la première chance qui passe pour sortir de cette prison dans laquelle elle s’est elle-même enfermée. Elle veut fuir la routine du quotidien, elle veut redevenir la Myriam d’avant les enfants, celle que le mari voyait comme une femme et non comme une mère. Ce récit, c’est la vie tout simplement.

Alors qu’elle avait toujours refusé de confier ses enfants, toutes ses craintes s’évaporent quand Louise rentre dans leur vie. Ils ont choisi une nounou à domicile. Ils viennent de faire rentrer le loup dans la bergerie. Fini l’intimité, ils semblent être locataires d’un endroit totalement géré par une tierce personne.

En avançant dans le roman, on comprend qu’ils pensent avoir de la chance d’avoir une nounou parfaite que tout le monde leur envie. Mais pourtant, elle commet des « erreurs », sont comportement est à la limite de l’impertinence et eux, se taisent. Au début de l’embauche, ils tiquaient sur des détails, et plus on tourne les pages, plus ils deviennent conciliants. Pourtant, Louise fait des choses intolérables, comme récupérer de la nourriture des poubelles et la donner à manger aux enfants. Tout ça pour montrer aux parents qu’elle n’aime pas gâcher et que si eux le font, elle ne leur permettrait pas. C’est un épisode qui m’a marqué et là, j’aurais directement licencié cette personne.

Il paraît évident que cette nounou s’est rendue indispensable et que le couple ferme les yeux sur beaucoup de choses par peur de perdre le confort de pouvoir vivre leur vie professionnelle sans avoir à se soucier des enfants. Et puis il y a la question de savoir qui est vraiment Louise. Ils ne se préoccupent guère de cette femme. Qu’importe ce qu’est sa vie hors de chez eux tant qu’elle continue à anticiper leurs besoins.

J’ai trouvé ce couple très égoïste, mais à leur décharge c’est aussi un peu le reflet du mode de vie actuel. Tous deux ont des professions qui leur demandent une totale implication. Ils ne comptent pas leurs heures, pensent être obligés d’en faire autant et pendant ce temps, une araignée tisse sa toile lentement pour un jour leur enlever ce qu’ils ont de plus cher et qu’ils ont pourtant délaissé, leurs enfants.

Un roman que j'ai apprécié mais dont j'ai déploré l'attitude du couple parental, ce qui a rendu l'histoire moins crédible à mes yeux.

Pourquoi cette lecture ?

Leïla Slimani était en dédicace début septembre au Forum Fnac Livres. Chanson douce paru chez Gallimard faisait parler beaucoup de lui et il s’est donc retrouvé parmi mes achats du jour. J’ai repoussé sa lecture, car j’avais des lectures qui étaient prioritaires, mais il était en bonne place dans ma pile à lire. Le Prix Goncourt a bien évidemment décuplé mon intérêt pour ce roman.

Chanson douce de Leila Slimani

Paru le 18 août 2016 aux éditions Gallimard

ISBN : 9782070196678

240 pages

18.00€

Commenter cet article

PHILIPPE D 20/01/2017 17:13

Je viens de terminer ce livre que m'a prêté une collègue. Il ne m'a pas plu plus que ça. Même si je comprends les états d'âme de Louise, je ne vois pas pourquoi elle devait tuer les enfants. Tout ça est un peu exagéré !

Velidhu 20/01/2017 17:50

Je me suis également demandé pourquoi elle allait jusqu'à les tuer. Est-ce parce qu'ils vont aller tous les deux à l'école et que donc elle sera moins utile à la famille ? J'ai pensé que ça avait un lien avec son passé... mais ça reste vague.

le livre-vie 30/12/2016 21:13

Des collègues ont eu des commentaires similaires au sujet de ce roman. Je le lirai sans doute, mais plus tard.

Velidhu 30/12/2016 22:13

Il divise. Je crois que c'est un roman qui fait naître beaucoup de sentiments mitigés.

Mimi 29/12/2016 18:35

Je n'ai pas été déçue de ma lecture. J'ai aimé la description psychologique des personnages qui est bien dans l'actualité du temps : la place de la femme dans la société partagée entre travail et famille, le mari quasiment aux abonnés absents (on sent que ce n'est pas trop son problème, seul l'aspect financier semble le contrarier), enfin l'emploi de toutes ces nounous étrangères prêtes à faire des heures à rallonge car elles n'ont pas d'autre choix. Si moi j'ai aimé le regard sur notre mode de vie actuelle où l'on prend ce qui nous intéresse et où l'on jette ce qui nous encombre... Société individualiste. Et quand le drame arrive, il est trop tard, on n'a pas vu, pas pensé, pas compris, trop occupé à se regarder le nombril.

Velidhu 30/12/2016 09:42

C'est aussi l'égoïsme qui m'a sauté aux yeux dans ce livre.

sapin 15/12/2016 20:56

Bonsoir, je viens de finir cette Chanson Douce qui ne le restera pas longtemps dans ma mémoire; j'avais vu cette auteur lors de son passage dans l'émission La Grande Librairie sur France 5 et devant les critiques que je qualifierais de dithyrambiques je me suis résolu à acheter cet ouvrage(avant l'obtention du fameux prix) , mal m'en a pris; très peu d'émotions; des longueurs et pour seul soulagement la relative brièveté de de l'oeuvre et donc "ingérée" en moins de 4 jours; n'ayant pas lu de Goncourt depuis des années j'ai pris la décision de m'atteler au livre de PIERRE LEMAITRE Au revoir là-haut Goncourt 2013 si je ne m'abuse ;je n'aurais qu'un mot : TOP et me voilà réconcilier avec les habitués de DROUANT...mais j'en suis encore à me demander sur leurs motivations de 2016. A+

Velidhu 16/12/2016 10:01

Comme vous j'ai acheté ce roman avant qu'il reçoive le Prix Goncourt. J'ai aussi été alléchée par les bonnes critiques. Ce que je vais vous dire va vous paraître un peu étrange pour une blogueuse, mais....je me méfie souvent des critiques trop enjouées.
Je n'ai pas lu "Au revoir là-haut", l'année de sa sortie, il y avait trop de romans sur la guerre et comme c'était proche du 70è anniversaire du débarquement, j'ai fait une petite overdose sur ce sujet.

kekeli 08/12/2016 05:25

Je découvre ton blog avec beaucoup de plaisir, je vais encore avoir envie d'acheter tout un tas de livre !!

Velidhu 08/12/2016 08:05

Ahhh, ravie de te voir ici. Et toi, ton blog me donne envie envie de cuisiner ! :) Les biscuits sapins sont sur ma liste pour les petites recettes de vacances.

Horizondesmots 07/12/2016 06:55

C'est un roman qui me tentait même avant qu'il reçoive le Goncourt, mais je lis de plus en plus de critiques mitigées comme la tienne, voire carrément négatives... je pense que j'attendrai sa sortie en poche finalement.

Velidhu 07/12/2016 09:18

Je dois bien avouer que j'ai un peu du mal à comprendre les choix du jury du Goncourt. L'année dernière Boussole, roman extrêmement compliqué, illisible pour la plupart des gens, couronne Mathias Enard dont j'ai aimé tous les romans, sauf celui-là. Cette année, des finalistes extraordinaires, des romans poétiques, émouvants ou très bien construits et là, Chanson Douce ne me paraît pas être le meilleur. Par contre, il touche un public plus large.

Bernieshoot 06/12/2016 22:57

Une petite déception au regard des éloges entendues

Velidhu 07/12/2016 09:16

Oui, je m'attendais à plus d'émotions, quelles qu'elles soient...

Mimi 06/12/2016 14:39

Je viens de l'acheter. Je vais le lire bientôt, c'est pourquoi je reviendrai voir ta critique dans quelques temps. Je ne veux pas être "influencée". À bientôt Audrey...

Velidhu 06/12/2016 15:00

Je te comprends. Je fais pareil :)